Prime Macron : Et alors !!!!

Les entreprises sont « invitées » à verser une prime de fin d’année à leurs salarié·e·s, le dernier délais pour une réponse étant le 31 MArs 2019. Cette prime n’étant pas obligatoire, la majorité des entreprises ne la versera pas. (Extrait de la réunion plénière CSE: UGICT.- J’ai envoyé une lettre à la Direction réclamant une prime de 1000 €. À ce jour, on n’a toujours pas eu de réponse. Est-ce que vous comptez en faire une ou pas ?M. Perrin.- On pensait avoir répondu au cours des différents entretiens que l’on a pu avoir sur le sujet. Mais on vous fera une réponse formelle si vous le souhaitez.).

Nous ne doutons pas que si Keolis Lyon accorde cette prime, elle s’en servira comme d’un effet d’aubaine pour ne pas verser des augmentations prévues et profiter de la défiscalisation. C’est ce que confirment les premières remontées des grands groupes : une prime forfaitaire et limitée aux plus bas salaires alors que les négociations salariales sont bloquées. Les augmentations collectives sont de plus en plus rares, remplacées par quelques augmentations individuelles arbitraires et inégalitaires. Dans de nombreuses entreprises, il n’y a pas eu d’accord salarial, ce qui signifiera souvent alors que l’inflation est estimée à 1,9 % en 2018, une baisse de pouvoir d’achat.

Lettre envoyée au DG de Keolis Lyon : ICI